Calhavet et les protestants

Avant notre conférence événement le vendredi 11 janvier qui lancera la campagne de don pour #SauverCalhavet, nous continuons à aborder les périodes clés de l’histoire de l’église Saint-Georges de Calhavet.

Un témoignage du Prieur Etienne de Lage, religieux de l’ordre de Saint Benoit du diocèse de Limoges de 1572 nous apprend que l’église a été « entièrement brisée » par les protestants.

Qui étaient les protestants ?

Une première réponse nous est fourni par les synthèses historiques réalisées sur les Guerres de Religions en Agenais. Il semble que les populations de Nérac, Lavardac, Agen, et Clairac, et celles des campagnes choisissent en majorité le protestantisme. Pour Monseigneur de Villars, évêque d’Agen en 1587-1608, une paroisse sur deux de son diocèse est touchée par le protestantisme. Ainsi les témoignages de l’époque nous apprennent que la population locale, peut-être en majorité, est largement convertie au Protestantisme.

Protestants en Europe vers 1572

Pourquoi s’en prendre à l’église de Calhavet ?

Catherine de Médicis, reine mère de France, charge Montluc d’éliminer le protestantisme de l’Agenais. Ses cruautés sont telles qu’il y gagne le surnom de « boucher catholique ». Il n’hésite pas à tuer les Protestants qu’il fait prisonniers. Les Protestants prennent les armes. En 1569, les chefs protestants, Montgoméry, qui arrive du Béarn, le prince Henry de Navarre, Condé, l’amiral de Coligny, et leurs 10 000 soldats ravagent la région entre Sainte-Livrade et Aiguillon, « le pays est tellement dévasté, brûlé et ruiné qu’il est presque tout inhabitable ». Les Protestants de Nérac sont défaits sur les coteaux du Galaup, non loin du village de Feugarolles, d’Espiens et de Vianne. Monluc doit à cette victoire de dominer le pays. La région subit les conséquences de ces luttes : massacres, viols, vols, incendies, pillages. Le manque de nourriture, la misère, la mendicité et les maladies suivent. L’Edit de Saint-Germain permet provisoirement un arrêt des combats. A Nérac, la paix est signée, après de longues conférences, comme celle du 18 février 1579, entre Catherine de Médicis et son gendre, Henri de Navarre. 

Blaise de Monluc, bourreau des protestants

On le voit un cycle de violences aveugles a touché l’Agenais et a pu entrainer la destruction par vengeance de certaines églises par les protestants. Il ne faut cependant pas oublier que les vainqueurs imputent souvent, à postériori, des destructions aux ennemis défaits. Ainsi les Protestants, remplacent dans ce rôle les Cathares, et plus anciennement les Ariens. Il est aussi possible que Calhavet ait put être laissée à l’abandon plusieurs décennies, entrainant sa ruine par manque de soins…

Pour en savoir plus sur la période suivante :  
http://www.cg47.org/archives/Expositions/protestants-agenais-site/presentation01.htm

N’oubliez pas notre grand événement le vendredi 11 janvier à 20h30 à Frespech : https://sauvercalhavet.fr/11-janvier-2019-conference-et-campagne-de-don-sauvercalhavet/
Merci de le faire connaitre autour de vous !

Un commentaire sur “Calhavet et les protestants
  1. Père Pinard dit :

    Celui qui ignore son passé n’est pas digne de son avenir (Nietsche)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Résoudre : *
26 × 27 =